Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://dspace.univ-tlemcen.dz/handle/112/16941
Titre: Étude des différents processus de dégradation du sol par l’érosion hydrique dans la région aride le cas du bassin versant de l’Oued Ain Sefra, Wilaya de Naâma, Algérie
Auteur(s): MELALIH Ahmed
Mots-clés: Érosion hydrique, RUSLE, SIG, Occupation du sol, Conservation de l’eau et du sol, bassin versant aride, Ain Sefra, Algérie
Date de publication: 2021
Résumé: Le bassin versant aride de l'Oued Ain Sefra (1903,5 Km2) qui fait partie des Monts des Ksour présente de sérieux problèmes environnementaux, en particulier l'érosion hydrique. Celle-ci est un phénomène complexe résultant de l'action combinée d'agresseurs internes et externes sur la structure du patrimoine du sol. Cette étude vise à cartographier l'évolution spatio- temporelle de l'occupation des sols à partir de données de télédétection (images Landsat) sur une période de 19 ans (2000-2019) d'une part, et de la modélisation des processus d'érosion hydrique d'autre part, en identifiant les zones actives de ce phénomène dans le bassin versant aride de l'Oued Ain Sefra. La méthode utilisée est basée sur l'exploitation de données multi- sources (données pluviométriques sur la période 1980-2019, données topographiques, propriétés des sols, carte d'occupation des sols (2000 -2019) et images satellitaires). Ces données ont permis de modéliser la sensibilité potentielle de la zone à l'érosion hydrique à travers l'équation RUSLE qui a été intégrée dans un système d'information géographique. Les résultats obtenus montrent que les zones de sensibilité à l'érosion hydrique sont divisées en cinq classes : zones de très faible sensibilité (24%), zones de faible sensibilité (41%), zones de sensibilité modérée (25%), zones de forte sensibilité (9%) et zones de très forte sensibilité (1%). Cela montre que le risque de potentiel d'érosion hydrique moyen est estimé à 5,2 t/ha/an pour l'ensemble du bassin versant. Ainsi, les zones de sensibilité modérée à très forte couvrent cumulativement plus de 35 % du secteur et pourraient augmenter si la tendance à l'anthropisation du bassin se maintient. Elles sont principalement concentrées dans la partie sud- est et nord du bassin. Cette sensibilité est principalement due à l'agressivité des facteurs climatiques (intensité des pluies), à une forte pression anthropique, de nature agricole, qui provoque la réduction de la couverture végétale des parcours au profit de cultures dominées par les céréales, notamment l'orge (augmentation de 1,40% en 2000 à 7% en 2019) et à la modification du mode de pastoralisme dans le sens d'une tendance à la sédentarisation et à la disparition progressive du nomadisme. Afin d'améliorer les conditions environnementales de ces bassins versants, les agropasteurs et l'État ont depuis longtemps fait des efforts pour les restaurer et les protéger par le biais de l'aménagement du territoire. L'objectif est de valoriser toute une série de pratiques et de techniques visant à sauvegarder les ressources en eau et en sols. Ce travail est basé sur l'identification et l'analyse du comportement des techniques de conservation de l'eau et des sols existantes dans le bassin versant de l'Oued Ain Sefra, tant sur les terres cultivées que sur les parcours et les zones forestières. Cette carte de sensibilité à l'érosion hydrique générée, et l'analyse des techniques de conservation de l'eau et des sols constituent un outil d'aide à la décision qui permet aux gestionnaires ou aux planificateurs de la région de mieux orienter les travaux relatifs à la conservation de l'eau et des sols et à la lutte contre l'érosion.
URI/URL: http://dspace.univ-tlemcen.dz/handle/112/16941
Collection(s) :Doctorat en S-Agronomie

Fichier(s) constituant ce document :
Fichier Description TailleFormat 
doc_MELALIH.pdf25,01 MBAdobe PDFVoir/Ouvrir


Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.