Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://dspace.univ-tlemcen.dz/handle/112/4662
Titre: PROFILS BIOLOGIQUES DU SYNDROME DES ANTICORPS ANTIPHOSPHOLIPIDES AU COURS DU LUPUS ER YTHEMA TEUX S YS TEMIQ UE DANS L 'OUEST ALGERIEN
Auteur(s): TAOULI-DIB, Katia Mansouria
Mots-clés: Anti-phospholipides-Anticorps anti-2G1ycoproteine I- Thrombose Lupus anticoagulants -Syndrome des antiphospholipides- Lupus erythémateux systémique
Date de publication: 2006
Résumé: Le syndrome des anti-phospholipides se définit par l'association d'au moins une thrombose et/ou d'une pathologie obstétricale, à la présence d'antiphospholipides .Des données recentes suggèrent fortement que des proteines liant les phospholipides représentent les véritables cibles des anticorps antiphospholipides, les mieux caractérisées parmi ces proteines cibles sont la g2GIycoproteine I. Objectifs: evalution de la prévalence du syndrome des antiphospholipides au cours du lupus erythémateux sysrtémique et analyse des profils biologiques des antiphospholipides. Type d'etude: etude transverale d'une population de l'ouest Algérien réalisée, entre septembre 2003 et decembre 2005 au laboratoire d'hémobiologie du centre hospitalier de Tlemcen. Patients et methodes: Notre étude a porté sur 60 patients présentant le lupus erythémateux sytémique: 51(85%) femmes, 9 (15%) hommes et 62 donneurs de sang.Les aPA (IgG et IgM), les anticorps anti-2GPI ont été dosés par ELISA et les lupus anticoagulants par les tests de coagulation selon les critères de L'ISTH, le syndrome des antiphospholipides a été défini par les critères révisés de Wilson. Resultats: La présence des antiphospholipides, persistante à deux occasions espacées de 3 mois était détectée chez 40% des patients lupiques et 3.5% des donneurs de sang. L'analyse de la série montre la présence de LA dans 23 % des cas, des aPA dans 32 % et celle des at32GPI dans 38% des cas. Les prévalences des aPA IgG et des anticorps anti-2GPI comparativement à la population générale (donneurs de sang) sont augmentées chez les malades ayant un lupus erythémateux systémique (p<0.001). La prévalence du syndrome des antiphospholipides est de 33% (20) , notre étude montre la présence de LA dans 60 % des cas, les aPA dans 80 % avec une prédominance des aPA IgG (75%) et les af2GPI dans 85%.On trouve chez ces patients frequemment les aI32GPI associés aux aPA (p<0.001), la triple positivité (aPAIgG/LA/ aJ32GPI ) est le profil biologique le plus souvent rencontré (55.5%).Les anticorps anti- a2GPI de type IgG ont une bonne specificité (80%) et une meilleur valeur predictive positive (95%) que les "antiphospholipides conventionnels"pour le syndrome des antiphospholipides. Dans l'analyse univariée, nous avons trouvé une association significative entre la présence des thromboses vasculaires et les anticorps antiphospholipides: aPA IgG, a2GPI et LA, (p<0.001), aucune association significative n'a été retrouvée avec les aPA IgM (p0.8). Seuls les lupus anticoagulants sont statistiquement associés aux complications obstétricales (OR 7.6 ; p<0.05) dans cette population. L'analyse multivariée montre que les a2GPI sont des facteurs de risque independants de thrombose (0D5 .71) et que l'association LAI a2GPI IgG/aPA IgG augmentent le risque thrombotique (0D6.39).
URI/URL: http://dspace.univ-tlemcen.dz/handle/112/4662
Collection(s) :Doctorat Médecine

Fichier(s) constituant ce document :
Fichier Description TailleFormat 
profils-biologique-du-syndrome-des-anticorps-antiphospholipides.pdf156,67 MBAdobe PDFVoir/Ouvrir


Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.