Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://dspace.univ-tlemcen.dz/handle/112/2882
Titre: Etude des Néphropathies Glomérulaires de l'Enfant au Centre Hospitalo-Universitaire de Tlemcen (Néphropathies héréditaires Exclues)
Auteur(s): BENDEDDOUCHE, Ahmed Salih
Mots-clés: Néphropathies
Glomérulaires
Date de publication: 2005
Résumé: Les néphropathies glomérulaires revêtent un intérêt particulier pour le Pédiatre compte tenu de leur fréquence relativement élevée dans la population générale et du risque important de détérioration fonctionnelle rénale qui peut en résulter. L'étude que nous rapportons, nous a permis de - Calculer l'incidence annuelle moyenne des différentes néphropathies glomérulaires observées dans la wilaya de Tlemcen. n La Glomérulonéphrite aiguë post streptococcique (GNAPI) avec une incidence annelle moyenne de 9 cash 00.000 enfants âgés de 15 ans. • Le syndrome néphrotique idiopathique (SNI) avec une incidence annelle moyenne de 4 cas/1 00.000 enfants âgés de 15 ans. • La néphropathie du purpura rhumatoïde (N.PR) avec une incidence annuelle moyenne de 2 cash 00.000 enfants âgés de 15 ans. - Le diabète insulino dépendant (DID) a une incidence annuelle moyenne de 15 casI100.000 enfants âgés de 15 ans. Nous n'avons pas pu calculer l'incidence de la néphropathie diabétique (N.DID) devant l'impossibilité d'effectuer la recherche de la microalbuminurie chez tous les malades hospitalisés dans les différentes structures de santé de notre wilaya. - Recruter prospectivement une cohorte de 267 enfants présentant un tableau de néphropathie glomérulaire sur cinq années de 1999 à 2003 dans le service de Pédiatrie générale du CHU Tlemcen. 157 Conclusion La GNAPI est l'affection glomérulaire la plus fréquente dans notre recrutement. Elle concerne 1.17 p cent de l'ensemble des hospitalisations durant la période d'étude mais en nette régression de 1999 à 2003 (cf. Tableau 4).Elle demeure d'évolution favorable dans la majorité des cas, en dehors du risque immédiat vital dominé par les complications liées à I'HTA ( mortalité 1 p cent) et le passage à l'IRC (1 p. cent) . Elle devrait bénéficier d'un programme sanitaire comme le RAA [44,104,150,172]. Le SNI est dans notre série le plus souvent une néphrose pure et corticosensible(68 p. cent) .La corticothérapie discontinue prolongée est une méthode efficace pour la prévention des rechutes , il est recommandé d'y avoir recours dés la deuxième poussée si cette dernière survient dans le six mois qui' suivent l'arrêt du traitement de la première poussée ainsi l'on ne devrais plus voir les néphroses à rechutes multiples qui désespèrent les parents et finissent par faire de l'enfant un handicapé scolaire[31,104]. Dans les syndromes néphrotiques impurs il est discutable de commencer d'emblée un traitement corticoïde qui a toutes les chances de s'avérer inefficace la PBR dans ces cas est d'indication raisonnable, elle permettra le choix thérapeutique pertinent y compris l'abstention, les immunosuppresseurs doivent rester la solution ultime[31 ,45, 104,138]. La HSF est la lésion histologique la plus fréquente dans les syndromes néphrotiques impurs et] ou corticorésistants (36 p. cent) dans notre série. Le purpura rhumatoïde est une vascularite fréquente de l'enfant dont le tableau clinique est dominé par les manifestations cutanées impressionnantes et l'atteinte rénale dont la gravité est variable allant d'une simple hématurie isolée avec. lésions histologiques mineures de glomérulonéphrite mésangiopathique dans 45 p cent au syndrome néphrotique impur avec lésions de glomérulosclérose segmentaire et focale et mesangioproliférative dans 55 p cent parmi lesquelles 32 p cent de nos patients ont gardé des séquelles urinaires à type d'hématurieprotéinurie et d'HTA. 158 Conclusion Le DID est l'une des maladies générales qui comporte chez l'enfant un risque élevé de glomérulopathie[190]. La recherche de la micro albuminurie chez nos patients a été positive dans 8.5 p cent, sa corrélation avec le dosage de l'HbAlC a montré que celle-ci était dans tous les cas supérieure à 10 p cent, la courte durée d'évolution du diabète (4- 6 ans), l'âge des patients diabétiques moins de 10 ans de notre série dans 61 p cent, nous amène à insister sur l'instauration de mesures préventives basées sur: une optimisation de l'équilibre glycémique en se fixant un taux d'HbAlC inférieur à 7 p cent, des mesures hygiéno-diététiques et la généralisation du dépistage précoce infra clinique par la recherche de la micro albuminurie systématique [51] afin d'envisager des mesures néphroprotectrices [59]. L'étude sur cinq années, ne nous donne pas le recul suffisant pour établir un suivi longitudinal des jeunes diabétiques et déterminer les facteurs cliniques et pronostique de l'atteinte rénale. Il serait sûrement intéressant de poursuivre cette étude en dehors du cadre de notre travail par le contrôle longitudinal des SNI, N. PR, N.DID pour en ressortir les caractéristiques cliniques et évolutives et affiner les mesures thérapeutiques et préventives. 159
URI/URL: http://dspace.univ-tlemcen.dz/handle/112/2882
Collection(s) :Doctorat Médecine

Fichier(s) constituant ce document :
Fichier Description TailleFormat 
Etude-des-nephropaties-glomerulaires.pdf164,55 MBAdobe PDFVoir/Ouvrir


Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.