Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://dspace1.univ-tlemcen.dz/handle/112/18312
Titre: kyste hydatique pulmonaire chez l'enfant au centre de chirurgie infantile à l'EHS mère et enfant - Tlemcen ( a propos de 17 cas ) sur une période allant de janvier 2017 au décembre 2019
Auteur(s): haba, wafa
benosman, rim
inal, houcem eddine
el ouad, meriem imane
Date de publication: 2020
Résumé: L’hydatidose ou échinococcose est une anthropozoonose due au développement chez l’homme de la larve d’un cestode, le tænia« échinococcus granulosus». C’est une maladie fréquente en Algérie, comme dans les pays du bassin méditerrané, sévissant à l’état endémique et posant de sérieux problèmes de santé publique. Chez l’enfant, le KHP est la première localisation devant celle du foie. Nous présentons une étude rétrospective à propos de 17 cas de kyste hydatique du poumon recensés au service de chirurgie infantile à l’EHS de Tlemcen, durant une période de 3 ans s’étalant du 1er Janvier 2017 au 31 Décembre 2019. Le but de ce travail est d’analyser les caractéristiques épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques de cette parasitose. Les patients colligés dans cette étude sont 10 garçons et 7 filles, soit un sexe ratio de 1,4. Ils sont âgés entre 3 et 15 ans (moyenne de 8 ans et demi) et sont issus dans 64% des cas du milieu rural. L’expression clinique manque de spécificité. Elle est dominée par la toux (70,5 %) et le syndrome d’épanchement liquidien (64,7 %). La radiographie thoracique est le principal examen paraclinique qui permet de porter le diagnostic. Les kystes étaient uniques dans 82,3% des cas et multiples dans 17,7% des cas. La localisation droite était la plus fréquente (64,7%), avec prédilection du lobe inférieur droit (53%). le bilan d’extension était réalisé par échographie abdominale systématique qui a permis de découvrir une 2ème localisation hydatique chez 3 enfants, soit 17,6%, 2 siégeant au niveau du foie et une au niveau du rein. Le traitement médical adjuvant était noté chez 4 enfants (23,5%).Pour le traitement chirurgical, les 17 enfants étaient opérés (100 %) : 15 enfants (88,2%) étaient opérés selon la technique de ponction- aspiration de Barrett et 2 enfants (11,7%) étaient opérés selon la technique d’énucléation d’Ugon. Aucun geste chirurgical radical n’a été noté dans notre étude.Les résultats sont satisfaisants dans l’ensemble. Cependant, 5 patients ont récidivé nécessitant une réintervention, soit 29,4 % des cas avec un délai moyen de récidive après la première intervention estimé à 8 mois. La prophylaxie demeure le meilleur traitement dans les zones d’endémie.
URI/URL: http://dspace.univ-tlemcen.dz/handle/112/18312
Collection(s) :Rapport du stage



Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.