Veuillez utiliser cette adresse pour citer ce document : http://dspace.univ-tlemcen.dz/handle/112/13123
Titre: Revitalisation Boulevard Stalingrad - Rue des Jardins (Ville d’Oran) dans une logique de réconciliation centre ancien / Centre-ville
Auteur(s): ARRAR, Hicham Fawzi
Mots-clés: Centre historique, Réconciliation urbaine, Patrimoine urbain
Restructuration urbaine, Abords, Vides urbains, Revitalisation.
Date de publication: 2018
Résumé: La mondialisation et l’uniformisation de l’architecture à travers le monde sont une menace pour l’identité des territoires. La destruction des centres historiques mettrait en péril la diversité culturelle que symbolisent les villes historiques. Bien qu’il ne réponde plus aux besoins de la vie contemporaine, le patrimoine urbain reste un élément incontournable de l’empreinte laissée par les anciennes civilisations et tout son enjeu porte en sa transmission. Le centre historique d’Oran en l’occurrence n’échappe pas à cette règle, bien que renfermant de multiples monuments historiques « Mosquée du Pacha, la mosquée de la perle, le palais du Bey, le Châteauneuf, les portes… » Nécessitant une mise en valeur particulière, il fût victime de plusieurs interventions à l’époque coloniale et post-indépendance qui ont conduit à sa marginalisation et son enclavement. C’est de ce constat que sont apparues ces zones tampons, ainsi que la notion d’abords de centre historique comme interface entre la ville ancienne et la nouvelle ville et la réconciliation de ces deux dernières passe par cet espace clé. Notre travail s’inscrit dans l’abord Est de Sidi El Houari, au niveau des boulevards Khedim Mustapha (Ex Stalingrad) et Brahim Tazi (Ex rue des jardins), étant l’une des portes du centre historique du côté Est. L’enclavement créé par la rupture topographique et la présence de bâtiments coloniaux à haut gabarits au sommet de la ville haute, sont accentués par le manque d’animation et la mauvaise fréquentation de la zone. Nous proposons d’intervenir localement à la rupture entre le boulevard Brahim Tazi et Khedim Mustapha en travaillant sur la rupture physique et les vides urbains. Notre intervention autant urbaine qu’architecturale vise à lier le centre historique de Sidi El Houari aux nouvelles extensions de la ville nouvelle ainsi que de remédier aux problèmes locaux de manque d’animation, de logements ainsi que d’équipements de base.
URI/URL: http://dspace.univ-tlemcen.dz/handle/112/13123
Collection(s) :Master en Architecture

Fichier(s) constituant ce document :
Fichier Description TailleFormat 
Ms.Arc.Arrar.pdf77,98 MBAdobe PDFVoir/Ouvrir


Tous les documents dans DSpace sont protégés par copyright, avec tous droits réservés.